Le zéro déchet au quotidien avec Chantale Farmer

La production de déchets est un enjeu majeur pour l’environnement. Pour la diminuer, des citoyens se mettent au zéro déchet. C’est le cas de l’Annécienne Chantale Farmer, membre de l’association Zéro Waste France et mère de deux enfants. Rencontre.

Chantale Farmer a changé ses habitudes de consommation en 2016. Année où elle a eu son premier enfant. « Mon objectif est de réduire mon empreinte carbone. » Sa devise ? « Consommer local. »

En 2015, une collègue lui montre une vidéo de la blogueuse, Béa Johnson, qui l’a inspirée. « On répare, on achète d’occasion, on réutilise, on dématérialise comme le ticket de cinéma, on fait maison », énumère Chantale Farmer. Lors un achat, elle se pose différentes questions : « Est-ce que j’en ai réellement besoin ? D’où ça vient ? Il y a toujours une réflexion. » À Noël, les cadeaux ne sont pas emballés. Chaque membre de la famille a sa propre hotte.

Depuis peu, la famille est passée au flexitarien. « Mais mon mari et ma fille ne conçoivent pas de ne plus manger de viande. » Ils ont toutefois diminué leur consommation. « Avant, on en mangeait une fois par jour. Maintenant, c’est trois fois par semaine. » Pour faire la cuisine, Chantale Farmer utilise beaucoup son thermomix. « C’est mon dada. Je l’utilise au moins une fois par jour. » Le problème est qu’il consomme beaucoup d’électricité.

Au quotidien, des initiatives pour réduire les déchets

Chantale Farmer pèse ces poubelles. En 2016, elle avait 143 kg de déchets. Puis 124 kg en 2017. En 2018, elle a compté 165 kg, « dont 40 kg de couches », l’année où elle a eu son deuxième enfant. Cette année, pour les six premiers mois, c’était 80 kg, dont 35 de couches. Elle pèse aussi le verre, le papier/carton.

Elle a arrêté d’acheter des produits ménagers. Pour le ménage, c’est vinaigre blanc, « plus quelques gouttes d’huile essentielle pour l’odeur », précise Chantale Farmer. La literie ne contient pas de produits chimiques, ni de polyester.

Les objets sont d’occasion. « Les livres nous ont été donnés par des copains. On peut trouver tout d’occasion », assure Chantale Farmer. Toutes les trois à quatre semaines, elle va avec sa famille à la bibliothèque. « On prend des livres mais on reste sur place pour lire. »

Pour les jeux de société, c’est la même chose. Elle va à la ludothèque toutes les trois semaines et emprunte deux jeux. Pour ses vêtements, elle achète aussi d’occasion. « Mon seul achat neuf, qui est un jean, date de 2013. » Elle se rend à La Recyclerie de la Tournette, à Annecy, en Haute-Savoie où elle s’approvisionne en textile, couvertures, vaisselle, livres, articles de sport, petits meubles, etc. Elle recycle piles, cartouches d’encre, bouchons, radios médicales, matériel informatique… Elle se rend également à Bazar sans frontières, deux fois par an.

Au marché, elle achète viandes, poissons, fruits, légumes, pain. « Je ne mets pas les pieds dans un supermarché. Quand j’y vais, je me sens mal à l’aise, oppressée. » Elle fait ses courses dans les épiceries vrac et le magasin bio de la ville. Elle y trouve les mêmes produits qu’en supermarché tels que le café ou les céréales. L’intérêt est qu’elle y va avec ses contenants.

Quant à son mode de déplacement, la famille utilise principalement le vélo et prend le bus « quand [elle] passe par des endroits dangereux ». « Quand je vais à Épagny, Meythet, Menthon ou Sevrier, j’utilise le vélo. » Et la voiture ? « Elle n’a même pas 8 000 kilomètres au compteur. Elle vient d’avoir quatre ans. Je ne fais même pas un plein par mois. » Elle regrette qu’à Annecy, « tout soit fait pour prendre la voiture ».

Le zéro déchet, « c’est du gros bon sens »

Elle essaie d’imposer le zéro déchet. « Au restaurant, je demande au barman de ne pas mettre de paille mais il m’en met quand même. » Elle trouve que les barmans ont cette « manie » d’en mettre. Selon elle, l’interdiction des pailles à usage unique aurait dû être interdite plus tôt [NDLR, la loi prévoit l’interdiction des plastiques à usage unique d’ici à 2021]. « C’est le truc le plus bête qui existe, en plus d’autres choses, comme les capsules à café. »

Sa démarche de zéro déchet, « c’est du gros bon sens, en québecois ». Elle a décidé de changer ses habitudes de consommation d’un coup. « En achetant une gourde en inox, des sacs en tissu, des bocaux, on peut commencer petit à petit », relativise-t-elle. Elle a arrêté d’acheter des papiers cadeaux et des aliments emballés.

Une démarche dont elle fait la promotion

Elle donne des conférences sur sa démarche environ six fois par an, dans plusieurs villes de Haute-Savoie. Elle constate un engouement, « surtout des générations de 16 à 45 ans », précise-t-elle. « C’est difficile d’inciter les babyboomers. Selon elle, une fois que nous sommes engagés dans cette démarche.

Elle est professeure d’histoire-géographie au lycée-collège Saint-Michel. Avec ses élèves, elle parle de sa démarche. « Ils prennent conscience de l’enjeu du plastique », précise-t-elle. « Le grand tournant c’est chez les 18-20 ans. On le voit avec les marches pour le climat. »

Chantale Farmer constate une surproduction de plastique. « Ces quinze dernières années, on a produit de plus en plus de plastique. Le nôtre est envoyé aux Philippines. » Et de poursuivre : « Il y a 70% du plastique qu’on n’arrive pas à recycler. » Une démarche qui s’est dorénavant inscrite dans son quotidien, avec son tempérament de fonceuse, dynamique. « Je ne connais pas de personnes qui ont commencé et sont retournés en arrière », confie-t-elle. Ses enfants apprécient. Son mari a eu du mal à changer ses habitudes. « Mais il me dit : « Tant que je mange bien et que j’ai de quoi manger, ça me va », sourit-elle.

Carole Latouche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :